15 avril 2022 by halidab Installations 0

A L’ORÉE DU FOYER – Les absents du décor n°9  «Le bijoutier Afghan», 2020 

  EXPOSITION COLLECTIVE A L’ORÉE DU FOYER, JUSQU’AU 13 MARS 2022, VILLE DE GUYANCOURT AVEC OUASSILA ARRAS, HALIDA BOUGHRIET, LAURA HABY, KUBRA KHADEMI, JEANNE SUSPLUGAS, MARIANNE VILLIÈRE. MISE EN LUMIÈRE : SERGE DAMON COMMISSARIAT ÉLISE GIRARDOT « Nous observons cette maison comme nous observons le ciel, le matin, à peine réveillés ; nous observons cette maison comme notre propre ciel. » Emanuele Coccia, Philosophie de la maison, Éditions Payot & Rivages, Paris, 2021 À l’orée du foyer se concentre sur l’intérieur : l’intérieur profond et mystérieux de nos habitats et l’intimité qui s’y déploie. Chacun conçoit son lieu de vie à son image en y projetant sa vision du monde, variable selon le pays et le continent habité. L’expositionaborde le chez-soi dans ses définitions multiples : un lieu à la fois matériel et immatériel, quotidien, solitaire, joyeux ou tragique, parfois collectif et sujet aux retrouvailles. À travers les œuvres de six artistes d’origines diverses, nous verrons comment l’espace domestique est l’expansion d’un espace mental, un espace-temps à soi. Dans une forme d’immersion, les visiteurs arpentent des propositions artistiques qui suggèrent des sensations proches et familières. Suspendues ou disposées près du sol, les œuvres nous accueillent dans une atmosphère lumineuse enveloppante et tamisée, aux directions changeantes. Plusieurs récits […]

Read On
5 juillet 2020 by halidab Installations 0

Ruine, Part 1- Gradishte, 2020

  Ruine, Part 1, Gradishte, 2020 ©halidaboughriet Photography, concrete blocks, sound When the Globe is Home Treviso, 3rd July / 29th November 2020 To communicate humanity’s ancestral and instinctive need to transform even the least welcoming space imaginable – a forced labour camp in Albania during the dictatorship – into a liveable andpersonal environment, Halida Boughriet, a French artist of Algerian descent, created Ruine I, Gradishte for Gallerie delle Prigioni, an installation composed of concrete blocks and a series of photographs and portraits of people confined to this place of punishment. The work includes the voice of a woman who lived in Gradishte until the age of 17 and who continues to view it as the home of her childhood and adolescence. Ruine attempts to reinvent the notion of living in a closed and isolated space. The place of reference is a forced-labor concentration camp built in the 1950s in Gradishte, Albania, where thousands of deportees and downgraded citizens of the former autocratic Albanian communist regime were forced to live for decades. Gradishte is a ruin today, doomed to general amnesia, though there are people who still live there. Halida Boughriet revives its memories and casts them in concrete. What is it like living in exile in your […]

Read On
26 octobre 2019 by halidab Installations 0

IMPLANO DE ARISANA

  IMPLANO DE ARISANA,  2018-2019 –6–channel video installation, HD video, colour, sound, 17 min Biennale de Rabat , « Un instant avant le monde » DU 24 SEPTEMBRE AU 18 DÉCEMBRE 2019 https://www.biennale.ma/portfolio-item/halida-boughriet/#exhibitions   Implano de Arisana» est un dispositif vidéographique qui aborde les questions de l’identité, du territoire et de la frontière, mais aussi la figure féminine « le mythe d’Ariane abandonnée». Considérée comme un quartier difficile, tant par son histoire que par sa population, l’Ariane est profondément isolée par le Paillon, ligne de démarcation constituant la frontière symbolique entre ce territoire et le centre-ville de Nice. Mon désir était de filmer ce quartier populaire, de le regarder autrement.  A commencer par la rencontre humaine et chaleureuse de quelques femmes qui y vivent et qui sont devenues l’axe central de mon travail.   Par une esthétique du geste, je traverse les plans architecturaux  datant de 1970 vers des personnages qualifiés de déesses. Ces femmes se font surtout l’expression collective d’une forme d’identité revendiquée et d’ouverture. J’utilise essentiellement la décomposition du temps pour donner à voir les corps en action lors de leur performance. La lumière apporte de l’intensité dramatique à la scène. Elle témoigne de leur exil qui renvoie à l’image […]

Read On
21 novembre 2018 by halidab Installations 0

UNDERGROUND – (France – Algérie)

Underground, 2018 52 x37 cm – 35 x 37 cm Gravure

Read On
18 septembre 2018 by halidab Installations, Vidéos 0

Implano de Arisana

Implano de Arisana, 2018/ 2019 HD, 16/9 Installation for 6 projections with sound. © Halida Boughriet   « Implano de Arisana » is large-scale public installation, the artist halida Boughriet will explorate public space while evoking voices of womens and stories from submerged and forgotten persons, histories and cultures, from the Ariane quarter. Le cours du fleuve du Paillon, conduit naturellement au quartier nord de l’Ariane. L’artiste Halida Boughriet a été invitée à y résider pour produire une œuvre à partir de sa rencontre avec ce territoire. Elle a mis en place un protocole associant mise en scène et immersion documentaire, accompagnée dans sa découverte des lieux par des associations locales et par le regard individuel de six femmes. Elle les a filmées dans des situations communes tout en récoltant des bribes de leurs vies individuelles : des récits, un poème ou un morceau de piano. Dans une approche sensible des abords du Paillon et de l’urbanisme de l’Ariane, la caméra fixe des images trouvées sur le chemin, baignées de la douceur de la lumière d’été, révélant la poésie des lieux mais aussi les multiples fissures sociales qui les traversent. Le rythme lent, parfois même ralenti, chorégraphie les paysages et les corps, transfigure […]

Read On
22 juin 2018 by halidab Installations 0

Bullet, AK-47

Bullet, AK-47- 2018 – Photographie couleur.

Read On
15 septembre 2016 by amirouche Installations 0

New World/Nouveau Monde (Beirut)

New World/Nouveau Monde (Beirut) Workshop and Curator – Halida Boughriet “New World/Nouveau Monde” presents the works of 5 previous finalists of the Byblos Bank Award: Myriam Boulos, Ghaleb Cabbabé, Tarek Haddad, Lama Mattar, and Carmen Yahchouchy.  This initiative, which is part of the Byblos Bank Award’s 5th Anniversary celebrations, is the result of a special workshop organized in July 2016 by Byblos Bank and BEIRUT ART FAIR, and given by Franco-Algerian artist Halida Boughriet. This five-day workshop was open for all previous finalists of the Byblos Bank Award, and the organizers selected the five participating artists based on submitted portfolios. Participants had the opportunity to experiment with new artistic techniques with the aim of contributing to the plurality of interpretation and its different possibilities, exploring the notion of fracture in order to generate a new world and bring out the inexpressible, the indescribable.  This exhibition is a response to the breaches and wounds afflicting our contemporary world.

Read On
13 janvier 2016 by amirouche Installations, Photography 0

Reflexion(s)

C-Print 80 x 120 cm. (31 1/2 x 47 1/4 inches) Réflexion (s) (2016),  est un extrait de la théorie de Leibniz selon laquelle la réalité est considérée comme un mélange de perceptions qui ensemble construisent une harmonie universelle.

Read On
3 janvier 2015 by halidab Installations 0

AFFICHAGES

DIMENSIONS VARIABLES – Impression grand format  

Read On
15 janvier 2014 by amirouche Installations, Photography 0

Corps de Masse

Corps de Masse, 2013-2014 Série « Corps de masse », 2013-2014 Tirage Lambda contrecollé sur Dibond, 120 x 180 cm. Production MAC VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, 2014. Corps de masse est un projet né d’ateliers menés au Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis, installé dans un ancien carmel. Halida Boughriet a filmé des habitants de la ville, invités à se rassembler, s’enlacer et faire corps devant la caméra, avant de se séparer lentement. Les scènes se déroulent dans les salles du musée, autrefois cellules des religieuses, espaces exigus, contraignant l’artiste à des cadrages serrés. Les corps unis, baignés d’une lumière naturelle, reprennent inconsciemment les postures des sujets des peintures classiques exposées. Seuls les froissements des tissus, les frottements au sol sont alors perceptibles. Instants fragiles, éphémères, ces rapprochements révèlent la nature des liens humains qui font la force de chacun. Les corps, les cheveux se mêlent, se fondent, puis se séparent dans un mouvement calme, apaisant.  

Read On